Au service du numérique depuis 1999

Les 20 d’IRCF par les frères Bautista

Pour les 20 ans d’IRCF, nous avons voulu vous en dire plus. Une façon de vous remercier d’être toujours plus proches de nous. Cet article pas comme les autres est une interview des frères Bautista car vous n’êtes pas sans savoir que l’entreprise IRCF est une aventure familiale.

 

Anniversaire IRCF 20 ans

Olivier Bautista

 

Présentez-vous et expliquez votre métier en quelques mots

 

« Je suis Olivier Bautista, gérant de la SARL IRCF, une société que j’ai fondée il y 20 ans et nous sommes une entreprise familiale. IRCF ça veut dire Informatique Réseaux Communication Formation et nous sommes prestataires de services informatiques auprès des entreprises et exclusivement les entreprises. On s’occupe de faire l’audit […] on installe des réseaux, on crée des sites Internet, on va se positionner sur le community management […] et on forme aussi nos clients à ces outils. »

 

Comment s’est déroulée la création d’IRCF ?

 

« En 1999, internet arrivait en France. Les premières connexions, je les ai faites à l’université. »

Et vous étiez dans quelle faculté ?  

« Je suis issu d’une école d’ingénieur généraliste et j’étais spécialisé dans le calcul aux éléments finis. Ce n’était pas purement la partie informatique qui allait arriver au web. Dans la société dans laquelle j’étais […] ils nous ont tous envoyés à Paris. On a fait un an de formation intensive dans les domaines que l’on voulait. Et moi j’ai découvert pendant ce temps-là tout ce qui est réseau et serveur […] J’ai travaillé dans une petite société qui m’a permis de découvrir ce que c’était la vie d’une entreprise locale. Et très vite, j’ai vu qu’internet allait être un gros vecteur pour les professionnels. En 1999, un an après, l’ADSL a commencé à se déployer. »

 

Maintenant, les entreprises ont compris l’importance d’un site internet, mais comment c’était dans les années 2000 ?

 

« Dans les années 2000, les premiers qui commençaient à partir c’était d’abord les institutionnels ; on a eu beaucoup d’associations, de communautés de communes, de grandes entreprises qui avaient besoin de se positionner au niveau national ou à l’international. On a également eu de gros clients sur Paris. Et la chose très importante qu’on a vu venir, et dont Mathieu a vu tout l’intérêt c’est l’internet dynamique avec des langages comme ASP et le PHP parce qu’à l’époque internet était statique (c’est-à-dire que toutes les pages étaient écrites à la main) . C’est vraiment là que l’on s’est positionnés, dans la réalisation du web dynamique. […]

 

Au fil des années, quand on démarchait, on s’est rendu compte que les entreprises avaient des PC en réseau avec internet et donc très vite on a donné des coups de mains à nos clients, d’où la naissance du service de maintenance.

 

Trois ans après la création d’IRCF, il y a eu l’explosion de la bulle de la net-économie c’est à dire que nous avons vu se créer des start up de tout et n’importe quoi et, du jour au lendemain, tout s’est effondré. Et là, heureusement que l’on avait un panel de petits clients locaux parce que notre activité a souffert pendant 3-4 ans justement de ce manque de fond de notre métier. […] Ce qui caractérise les 20 ans d’IRCF c’est qu’on a vu un super jouet arriver : Internet. Et il y a eu une professionnalisation de la chose à l’extrême. […] De nombreux métiers sont apparus et tout ça s’est structuré. »

 

Quelle est votre plus grande fierté dans cette entreprise ?

 

« La plus grande fierté dans cette entreprise c’est qu’on a des clients qui ont 20 ans comme nous. Le client 0001, bah il est toujours 0001 chez nous. Quand on regarde les clients des premières années ils sont tous là. Notre métier ne se fait que par l’acquisition de la confiance envers le client. C’est-à-dire qu’il faut arriver à mettre en place une relation de confiance mutuelle. »

 

Et quelques anecdotes à nous donner ?

 

« Oui, maintenant on vend des modules aux États-Unis et on a des clients qui sont des groupes nationaux. »

 

Quels-sont les projets et les ambitions futures pour IRCF ?

 

« On est extrêmement local, même si on a une activité régionale et nationale mais on aimerait développer la vente de nos modules à l’international ; cette activité est à très forte valeur ajoutée et nous voulons investir dans cette activité. Et puis vraiment devenir plus performants dans le community management, la communication, parce qu’on pense vraiment que là aussi c’est un vecteur de réussite très important. »

 

Mathieu Bautista

 

Est-ce que tu peux te présenter et expliquer ton métier ?

 

« Je suis Mathieu Bautista, responsable développement web à IRCF, et je m’occupe de superviser tout ce qui est développement web de site internet, intranet et e-commerce. »

Est-ce que tu peux nous parler des plus gros projets sur lesquels tu as travaillé durant ta carrière ?

 

« Alors, on travaille en équipe (il n’y a pas que moi) sur des projets pour des grosses sociétés locales comme par exemple Robinetterie Hammel. Je gère le développement du site e-commerce hammel.fr et d’autres sites du groupe Ayor comme plomberie.fr. Je développe aussi des intranets de formation pour une agence de communication qui travaille, entre autres, pour L’Oréal. »

 

Qu’est-ce qui a changé dans ton métier depuis 1999 ?

 

« Ce qui a évolué en fait c’est la grande diversification des technologies. Quand on a commencé en 1999, enfin moi en 2002, il n’y avait que quelques langages qui existaient : ASP ou PHP à l’époque pour faire du web, bien sûr avec HTML et CSS. Mais au niveau serveur, il n’y avait que ça. Et puis après s’est développé tout un écosystème avec des dizaines et des dizaines de langages. Aujourd’hui, il y a du Python, du Ruby, du Go, du NodeJS  (JavaScript côté serveur)… En fait, maintenant, il y a autant de technologies qu’il a de sites web. »

 

Qu’est-ce que tu aimerais améliorer, rajouter pour la suite d’IRCF ?

 

« L’informatique, c’est une éternelle optimisation, c’est-à-dire que l’on cherche tout le temps à faire grandir notre infrastructure. Donc à avoir plus de serveurs, plus de services : par exemple, au niveau des mails, on est en train de réfléchir à mettre en place un système de calendriers et de contacts partagés et même si ce sont des choses qui existent déjà, on aimerait le proposer à grande échelle à nos clients sans augmenter le coût des prestations. Globalement, on aimerait proposer un système de monitoring à tous nos clients ainsi qu’une offre de surveillance 24/24. Donc proposer plus de services à nos clients. »

 

Un dernier mot ?

 

« C’est un métier qui nécessite toujours d’apprendre donc, même si aujourd’hui ça fait 20 ans qu’on fait ce métier, on apprend des choses tous les jours et il faut être ouvert. Il faut être à la fois sûr de ses connaissances et en même temps les remettre en question pour pouvoir toujours en acquérir de nouvelles »

logo IRCF

 

Laurent Bautista

 

Présente-toi et explique-nous ton métier 

 « Je suis Laurent Bautista et je suis technico-commercial. Mon métier c’est de conseiller et de vendre des sites internet aux clients. »

Qu’est-ce qui a changé dans ton métier depuis 1999 ?

 « Aujourd’hui, ce qui a changé c’est que les clients ou prospects ont un réel besoin et ils ont même pour certains déjà un site internet qu’ils doivent mettre à jour ou faire évoluer. On est passé du site vitrine, de présentation, à un site pratique. Avec les intranets, la vente en ligne, etc., c’est vraiment devenu un outil qui s’est intégré dans la vie de l’entreprise.

Avec l’expérience, pour prospecter des clients on est un peu plus sereins. Le métier à changé donc la façon de travailler aussi. Vu que les gens ont maintenant un besoin de site internet, quand on appelle pour dire qu’on fait des sites internet, on est moins vus comme des extraterrestre. On a moins à convaincre de l’utilité d’un site internet mais plus à prouver que nous on les fait bien !  »

 

Qu’est-ce que tu peux nous dire sur l’évolution d’IRCF de 1999 à 2019 ?

 « On est mieux organisés, on a plus de recul technologique et beaucoup plus de maîtrise du web. En effet, aujourd’hui, IRCF c’est 14 salariés, chacun spécialisé dans un domaine, et ça, ça change beaucoup. »

 

Qu’est-ce que tu aimerais améliorer ou quelles sont tes ambitions futures pour IRCF ?

« Ce serait bien qu’on améliore la communication, on est de très bons techniciens mais on est moins bons en communication. Et sinon tout ce qui est vente en ligne de modules, développement de modules, ça pourrait être un axe à prendre pour devenir fournisseur d’agences web plutôt que d’être une agence web parmi tant d’autres. On l’est déjà un peu en faisant de la sous-traitance mais c’est vrai que ça serait bien de pouvoir le développer. »

On a terminé, est-ce que tu aurais des choses à rajouter ?

« Bah p*tain 20 ans quoi ! »

 

Et vous, vous avez des questions à poser à Olivier, Mathieu ou Laurent ?

Posez-les en commentaires de la publication Facebook de l’article !

 

 

« Retour